Ma Carrière

ps

Zoom sur : Tour de l'Avenir 2003

Comment j'ai vécu l'événement

Sur le Tour de l’Ain, j’avais laissé échapper la victoire sur crevaison alors que j’avais le maillot de leader.

J’avais vaincu mon complexe des ascensions et j’arrivais donc confiant au départ du Tour de l’Avenir. Je sentais les bénéfices de ma participation au Tour de France : ma condition était exceptionnelle. J’étais dans le coup sur toutes les étapes. J’en gagne deux. J’étais allé la chercher au terme d’une journée dantesque : une étape de près de six heures, sous la pluie, sur les routes vallonnées du Cantal. J’avais chuté dans la dernière descente avant de battre au sprint Thomas Lövkvist.

Le lendemain, le jeu d’équipe m’empêchait de défendre la place au classement général mais je restais en lice pour le maillot à pois et le maillot vert. Finalement, je ne pouvais plus rien espérer le dernier jour sur ces classements annexes et j’ai visé une nouvelle victoire d’étape. J’avais encore de bonnes jambes : j’ai mobilisé l’équipe. Au prix d’un dernier coup de rein, c’était dans la poche !